Volkswagen e-Golf

La première chose à souligner dans e-Golf, pour le meilleur ou pour le pire, c’est qu’elle partage la physionomie de toute autre version de la gamme Golf. La marque allemande n’a pas voulu développer un modèle complètement nouveau pour mettre sur le marché une voiture électrique, qui à mon avis est un succès.

Ce qu’ils ont fait, c’est prendre un modèle extrêmement populaire, connu, reconnu et qui fonctionne très bien sur le plan commercial, la Volkswagen Golf, et l’adapter pour qu’elle fonctionne uniquement à l’électricité. Le silence règne et il faut regarder le tableau de bord pour savoir si la voiture est allumée et prête à démarrer.

Les équipement de l’e-Golf

Évidemment, il s’agit d’une voiture équipée d’une boîte automatique (il n’y a pas de boîte de vitesse manuelle électrique), donc vous engagez le D et démarrez. Peut-être, la chose la plus curieuse à propos de l’e-Golf, c’est que vous êtes toujours assis dans la voiture, mais avec un sentiment très étrange, comme si quelque chose manquait : le bruit du moteur thermique.

Ainsi, la Volkswagen e-Golf mesure 4,27 mètres comme n’importe quelle autre Golf, et ne se différencie que par des roues de 16 pouces au design étudié pour favoriser l’aérodynamisme, des LED de série, des feux diurnes à LED de forme concave aux extrémités de la jupe avant, des détails bleus qui traversent la grille avant de la calandre, et bien entendu, des plaques signalétiques intérieures et extérieures qui indiquent que la Golf est un E.

La Volkswagen e-Golf 2017 est la version 100% électrique de la plus populaire compacte allemande. À l’intérieur, les changements sont assez évidents, surtout au niveau technologique. Comme dans les autres versions, on peut souligner l’inclusion du Volkswagen Digital Cockpit, l’écran de 12,3 pouces de couleur au lieu du tableau de bord traditionnel. Vous pouvez également l’équiper du nouveau système d’information et de divertissement Discover Pro sur un écran tactile de 9,2 pouces avec commandes gestuelles.

L’habitabilité est encore bonne, bien que le coffre perde de sa capacité passant à 341 litres.
Pour l’e-Golf de Volkswagen, contrairement aux autres, on n’aura pas le choix entre différentes finitions. Il s’agit d’une version en soit, qui dispose d’un équipement de série très complet. Il s’agit d’éléments qui seraient normalement optionnels comme le système de navigation “Discover Pro” avec écran de 9,2 pouces et contrôle gestuel, le Volkswagen Digital Cockpit, le volant multifonctions en cuir ou l’aide au stationnement.

Une nouvelle e-Golf, plus puissante

La mécanique 100% électrique du Volkswagen e-Golf augmente sa puissance à 135 ch, 20 de plus qu’auparavant, tout en augmentant son couple maximum à 290 Nm. Cela améliore considérablement ses performances, mais aussi son autonomie grâce à un nouveau pack batterie, d’une capacité de 35 kWh contre 24,2 utilisés jusqu’à présent. Au total, il y a 300 kilomètres, soit 110 de plus que sur le modèle précédent. Un des points qui peut expliquer cette différence c’est l’optimisation du frein moteur et de la récupération d’énergie au freinage. La voiture gagne en autonomie grâce à ce procédé de plus en plus répandu.

La réponse instantanée aux mouvements de l’accélérateur et la livraison des 290 Nm de couple (dans la version précédente de l’e-Golf délivrait 270 Nm) dès le premier moment, provoquent une certaine confusion et nous avons le sentiment erroné que la voiture roule et a une accélération égale ou supérieure à une Volkswagen Golf GTi, voire une Golf R.

Et rien n’est plus faux. C’est vrai sur un démarrage de 0 à 40 km/h (0 à 80 km/h en seulement 6,9 secondes), mais alors cette énergie initiale a une petite coupure qui fait homologuer 0 à 100 km/h en 9,6 secondes, soit 3,2 secondes de plus qu’une Golf GTI de 230 CV mais seulement 4 dixièmes de plus que 1,5 TSI de 130 CV.

Ces accélérations étincelantes pendant les premiers mètres s’accompagnent d’excellentes sensations. Tout cela grâce au nouveau moteur électrique qui offre une puissance de 136 ch (le précédent est resté à 110 ch) et au fait qu’elle cache assez bien ses 1 615 kilos de poids, ce qui la rend très agile surtout en ville.
Sa force est telle que si vous passez l’accélérateur de basse vitesse à pleine accélération, les roues avant perdent de l’adhérence et l’antipatinage entre en action. De plus, elle est dotée d’un système de réglage qui améliore le confort et des jantes en alliage de 16 pouces aident aussi. C’est toujours aussi confortable qu’une Golf conventionnelle, et c’est certainement un plus.

Mais les suspensions développées pour améliorer le confort génèrent aussi certaines dérives dans les courbes, surtout lorsque l’on y pénètre à un rythme élevé et que l’on cherche du soutien. La voiture a tendance à s’allonger comme si nous étions sur une moto, et les supports sont plus visibles que dans une Golf équivalente équipée d’une motorisation à combustion.

La Volkswagen Golf nouvelle génération

La Volkswagen e-Golf s’est améliorée, est plus puissante, plus technologique et vous permet maintenant d’aller plus loin avec une seule charge. De plus, son comportement dynamique est très bon, et fait de la conduite de la Volkswagen Golf une véritable expérience. Oubliez ce que vous savez des précédentes versions diesel et essence, désormais la Golf vient jouer sur le terrain des voitures électriques.

 

Crédit photo Volkswagen