Véhicule électrique Vs véhicule hydrogène : quelle solution l’emportera à long terme ?

Nous sommes d’ardents défenseurs des véhicules électriques, mais force est de constater que l’hydrogène est potentiellement une solution intéressante.

Basé sur l’utilisation d’une pile à combustible permettant d’utiliser l’hydrogène comme combustible, ces véhicules peinent à se frayer une place sur le marché des véhicules modernes. Même si ce système laisse augurer d’énormes possibilités, quels sont les freins qui entravent le développement de cette technologie ? Est-ce une solution aussi intéressante et rentable que le tout électrique ?

Ces technologies vont enterrer le moteur thermique

Aussi bien le moteur à hydrogène que le moteur électrique sont en train de s’imposer sur les véhicules modernes.

Certes, les solutions hybrides ont également le vent en poupe, mais elles mettent à contribution l’emploi d’énergies fossiles. Ces dernières sont donc surtout considérées comme des solutions transitoires, permettant de glisser peu à peu vers des modèles de véhicules permettant de se passer des carburants à base de pétrole.

Tant les véhicules hydrogène que les véhicules électriques mettent à contribution l’électricité pour se déplacer. Toutefois, ces deux solutions ont-elles autant d’avenir l’une que l’autre ?

Le stockage d’énergie sera une des clés de la réponse

Dans le cas des véhicules électriques, l’énergie est au cœur d’une stratégie visant à mettre à contribution une électricité aussi verte que possible. Pour ces véhicules, force est de constater que l’énergie employée est en flux tendu : l’électricité est difficile à stocker.

voiture-hydrogène

De fait, l’énergie utilisée pour recharger les véhicules électriques est chargée dans les batteries de ces derniers puis consommée sans passer par la case stockage de masse. Aucune station de rechargement ne dispose de grands accumulateurs. L’électricité provient du réseau urbain.

Dans le cas des véhicules à hydrogène, le gaz est stocké sous pression et à basse température.
On peut donc noter une différence flagrante quant à la logistique respective que supposent ces deux alternatives au pétrole.

Une des pistes intéressantes serait de n’employer que de l’électricité verte pour recharger les véhicules électriques, mais de gros efforts devront être faits pour atteindre cet objectif.

Le temps de chargement

Pour les véhicules électriques, le temps de chargement est au cœur des préoccupations des fabricants. Comment diminuer drastiquement ce temps ?

Quand on sait qu’un véhicule de ce type demande plusieurs heures de patience sur une prise domestique pour arriver au maximum de ses capacités, on comprend facilement les inquiétudes que certains utilisateurs peuvent ressentir. Toutefois, de nombreuses marques ont à cœur de déployer des systèmes capables de permettre de récupérer 80% de charge en moins d’une heure. Ainsi, la contrainte est diminuée, permettant d’entrevoir ces véhicules sous un nouveau jour.

Du côté des véhicules à hydrogène, seulement quelques secondes suffisent à remplir le réservoir. De fait, on comprend tout l’intérêt que représente cette solution.

Le réseau de distribution

Là où le bât blesse pour la solution hydrogène, c’est lorsqu’on s’intéresse aux points de rechargement présents sur le territoire français : il n’existe que 100 stations hydrogène sur toute la France, contre 100 000 bornes de rechargement électrique.

Ceci est en partie dû à la difficulté d’installer une zone de stockage pour l’hydrogène. L’installation de l’une de ces réserves demande la mise en place d’un système coûteux et contraignant. Les réservoirs doivent contenir le gaz sous haute pression en plus de le réfrigérer.

jaguar-i-pace-batterie

Là où l’installation d’une borne électrique raccordée au réseau suffit, des contraintes logistiques lourdes doivent être mises en place pour l’hydrogène.

Aux vues de ce point, on comprend aisément que la solution électrique reste en avance d’une longueur. Surtout lorsqu’on prend en considération l’autonomie respective offerte par les deux types de véhicules. Il faut savoir que les véhicules hydrogènes sont pensés pour permettre de parcourir une distance sensiblement égale à celle qu’autorisent les nouveaux véhicules électriques : entre 200 et 500 km/recharge. Il est donc vital que le maillage des points de recharge soit équivalent pour ces deux solutions.

Or, c’est loin d’être le cas !

La solution hybride

Et si la combinaison d’un moteur électrique et d’un moteur hydrogène était la solution ?
Toyota et Renault (Kangoo) proposent déjà cette possibilité en équipant certains véhicules de cette combinaison. L’hybridation est probablement la solution la plus raisonnable envisageable à ce jour. Certes, le réseau de distribution d’hydrogène va demander de gros investissements, mais il pourrait permettre de réduire drastiquement le temps de rechargement des véhicules, tout en profitant des avantages de ces deux technologies (récupération de l’énergie de freinage, rechargement rapide, augmentation de l’autonomie, etc.).

Il ne reste plus qu’à observer le marché et garder à l’esprit que la solution parfaite n’existe probablement pas. En revanche, il est toujours temps d’améliorer les concepts actuels pour tirer le meilleur parti de toutes les technologies utilisées à ce jour.

Nous sommes dans une période de transition qui mérite que les constructeurs n’écartent aucune possibilité. Le véhicule de demain sera-t-il hybride électrique/hydrogène ? Seul le temps nous le dira…

A suivre !