Tesla

Impossible de parler de voiture électrique sans parler de la marque Tesla, avec à sa tête le rocambolesque Elon Musk.

Créée en 2003 par Martin Eberhard, cette entreprise a connu une ascension fulgurante. Nommée ainsi en l’honneur de Nikola Tesla (le grand oublié de la révolution électrique), c’est en 2004 que Tesla a vu arriver Elon Musk et son apport massif de fonds, bien décidé à imposer la voiture électrique comme une alternative pérenne face aux véhicules thermiques.

tesla-roadster

Au-delà de ses capitaux, Elon Musk a convaincu un certain J.B. Straubel de rejoindre les rangs de Tesla et d’apporter son savoir-faire en matière de batteries électriques. Ce dernier travaillait alors à la conception d’une batterie lithium ion, déjà financée par Musk.

Et c’est ainsi qu’à partir de 2004, cette entreprise n’a eu de cesse de modifier la perception qu’avait le public des voitures électriques. A grand renfort d’innovations, Tesla s’est imposé en précurseur.

Roadster : la première brique de l’empire Tesla

Dès 2008, le premier modèle de voiture électrique sportive est proposé à la vente par Stargate. Et ce sont environ 1000 exemplaires de Roadster qui se sont vendus la première année en prévente, à la suite de la présentation à Monaco de ce véhicule résolument novateur.

Dès la première année, l’entreprise a vu sa côte décuplée en moins de temps qu’il ne fallut pour le dire. Un record pour l’époque. L’enjeu colossal auquel elle faisait face ne lui importait guère : repenser les voitures telles qu’on les connaissait jusqu’alors pour donner vie à l’automobile de demain.

Et c’est au prix d’innovations à tous les niveaux que Tesla a réussi à intéresser ses premiers clients : autonomie plus qu’acceptable et performances défiant les meilleures voitures thermiques.

tesla-model-3

En 2013, Tesla devient championne du monde de courses automobiles avec une version de Roadster. Et c’est alors que son ascension fulgurante est amorcée. Malgré des déboires financiers et un déficit grandissant, Elon Musk décide de rendre les brevets de la marque publics, affirmant qu’une société ne doit pas dépendre de ses brevets pour continuer à croître.

Au fil des années, Tesla a acquis des entreprises internationales afin de faire grossir son pool d’ingénieur et de diversifier ses pôles d’activité (batteries, softwares, conduite autonome, etc.).

Modifier le marché de l’automobile à travers le monde entier

Elon Musk affirme vouloir modifier le parc automobile mondial et contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre partout dans le monde en développant des modèles de voitures capables de correspondre aux besoins de chacun.

Certes, la plupart des modèles produits sont dotés d’une puissance remarquable, mais la taille et les capacités de chacune visent à répondre aux besoins de chacun :

  • Roadster : apparue sous le nom de code Dark star, elle a été la première voiture électrique a afficher des performances aussi surprenantes : 3,9 s de 0 à 100 km/h (3,7 pour Roadster sport). Son allure est inspirée de véhicules Lotus (Lotus fait partie des marques associées).
  • Roadster 2 : 1,9 s de 0 à 100km/h, pour une vitesse de pointe de 400 km/h et une autonomie de 1000 km ! Il s’agit du modèle le plus représentatif de l’état d’esprit de Tesla : innover et dépasser tout ce qui a été fait.
  • Model S : la première berline de Tesla est aussi celle qui a démocratisé ses véhicules. Dotée de performances remarquables (4,4 s de 0 à 100 pour le modèle affichant 402 cv), elle s’est vendue à près de 18 000 exemplaires.
  • Model X : premier SUV de Tesla, ce modèle offre près de 400 km d’autonomie pour des performances comparables aux marques de véhicules les plus haut-de-gamme. Truffé de capteurs et d’innovations techniques, la Model X est conçue pour conquérir le marché des SUV très en vogue aujourd’hui.
  • Model 3 : avec cette nouvelle Berline accessible par le plus grand nombre, Tesla a décidé d’attaquer le marché des voitures familiales populaires. Pour autant, la marque n’a pas renoncé à la puissance ni à l’esprit d’innovation qui donne vie à chacun de ses modèles. Ainsi, la Model 3 est équipée de tout le nécessaire pour faire de la conduite autonome une réalité. Les solutions software seront à venir pour s’adapter sur chacune des voitures de la chaîne de production.
  • Model Y : il s’agit du second SUV de Tesla, disponible dès 2019. La marque mise beaucoup sur la rentabilité de ce modèle pour rééquilibrer sa balance commerciale.

tesla-model-y

Tesla ne s’est pas contenté de produire des véhicules électriques seulement destinés aux particuliers. Avec le Semi-truck et le Pick-up truck, la marque entend s’imposer auprès des professionnels. Une longévité record est annoncée pour ses véhicules professionnels (1,6 millions de km !). A voir ce que dira le temps pour ces modèles.

Elon Musk entend promouvoir ses solutions à travers l’Europe et le reste du monde

Au fil de ces dernières années, force est de constater que la marque a réussi à surprendre à chaque sortie d’un nouveau modèle. Tant la puissance que l’autonomie que ces véhicules affichent laissent augurer la voiture électrique et les véhicules électriques en général sous un jour nouveau.

Le constructeur américain a maintenant l’Asie dans sa ligne de mire. Avec une expansion programmée vers l’est, Tesla entend séduire les marchés émergeants. L’annonce de son implantation en Allemagne (nouvelle usine Gigafactory 4) témoigne d’ailleurs de ces aspirations internationales.

tesla-model-s

 

Et si Tesla avait une véritable longueur d’avance..?

Tesla dispose déjà de la technologie pour fabriquer des batteries qui durent plus d’un million et demi de kilomètres dans les voitures électriques, selon une nouvelle recherche.

Dans un article publié dans The Journal of the Electrochemical Society, des chercheurs du laboratoire de chimie des batteries de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, au Canada, expliquent les détails d’une nouvelle technologie qui permettrait de produire une nouvelle génération de batteries pour les voitures électriques.

Il s’agit d’un développement ambitieux dans lequel ils décrivent comment fabriquer une batterie lithium-ion qui, selon eux, peut alimenter une voiture électrique pendant plus d’un million et demi de kilomètres et plus de 4 000 cycles de charge. Tout cela tout en ne perdant qu’environ 10% de sa capacité de charge à la fin de sa vie utile. S’il est vrai, ce serait l’un des projets les plus ambitieux de ces dernières années dans ce domaine.

Le Graal des batteries serait entre les mains de Tesla

Aujourd’hui, les cellules utilisées dans la plupart des voitures électriques, y compris Tesla, ont une durée de vie utile estimée entre 450.000 et 800.000 km. Or, selon cette nouvelle recherche, cette durée de vie serait doublée, ce qui signifierait que, dans certains scénarios, elles pourraient même durer plus longtemps que la voiture elle-même !

Selon la recherche, les propriétaires actuels d’une voiture électrique changent de véhicule avant d’atteindre un million de kilomètres. Mais l’attrait de ce développement est qu’il ne vise pas seulement les voitures commerciales pour les utilisateurs finaux, mais pourrait signifier un changement majeur dans les taxis, les messageries et les camions de livraison, ainsi que les autres véhicules de transport public.

L’équipe de l’Université Dalhousie travaille exclusivement pour Tesla depuis 2016, dans le but de concevoir une sorte de “recette secrète” pour améliorer les batteries lithium-ion des véhicules Tesla. Cependant, cette nouvelle recherche décrit de nombreux détails de cette “recette secrète” qui, en théorie, devrait être unique à Tesla.

Par exemple, l’article explique comment optimiser et mélanger tous les ingrédients de la batterie, y compris le graphite artificiel, une nanostructure améliorée d’oxyde de manganèse, de cobalt et de nickel-lithium, qui créerait une structure cristalline moins susceptible de craquer et de dégrader les performances. Allez, cette recette est maintenant à la disposition de toute personne intéressée.

Tesla ne compte pas s’enrichir grâce à ses brevets

Le fait que Tesla et Elon Musk aient accepté de publier cette information, avant même de sortir une batterie de ce type, semblait un peu bizarre. Dans les jours qui ont suivi sa publication, Tesla a obtenu un brevet pour une nouvelle batterie de voiture électrique dont la composition chimique est presque la même que celle décrite dans la recherche. Un détail important est que le brevet est accordé au physicien Jeff Dahn, qui dirige le laboratoire de batteries de l’Université Dalhousie.

Jusqu’à présent, les détails exacts de la batterie brevetée Tesla sont inconnus, mais certains chercheurs qui ont travaillé avec Dahn a déclaré à Wired qu’il est très probable qu’il dépasse la performance de la batterie détaillée dans le document de recherche. On ne sait pas non plus quand la production de cette nouvelle batterie par Tesla commencera, alors nous devrons être à l’affût de toute annonce.

Tesla entend également s’imposer sur le marché de l’énergie. Avec ses filiales dédiées à la production de chargeurs et de batteries destinés à un usage domestique, Elon Musk entend faire de Tesla une entreprise aussi novatrice qu’indispensable sur différents marchés.

Qui sait, Tesla’s motors équipera peut-être l’électroménager de demain… 🙂

 

Crédit photo Tesla