Novembre 2019 : baisse des ventes de voitures électriques en France

renault-zoe-2020

Après les mois de Septembre et d’Octobre où les ventes dépassaient la barre des 4000 véhicules électriques neufs, Novembre voit ces chiffres dégringoler avec seulement 3200 nouvelles immatriculations.

Faut-il y voir une tendance du marché automobile, ou est-ce simplement un déclin saisonnier ?

Ne représentant que 1,85% des nouvelles immatriculations, les voitures électriques ne sont pas encore légion sur le marché français.

Des chiffres différents en ville et en campagne

L’autonomie qu’offrent les véhicules électriques actuels convainc plus facilement les citadins que les habitants des régions rurales.

En effet, ces derniers parcourent plus de kilomètres au quotidien et tendent à craindre la panne sèche. De plus, force est de constater que le maillage du réseau des bornes de rechargement est plus favorable aux abords des grandes villes qu’en campagne.

En ville, la situation est différente. N’oublions pas que les vignettes Crit’air interdisent l’accès au centre-ville pour certains véhicules considérés comme trop anciens ou trop polluants. De fait, les véhicules électriques représentent une solution imparable pour qui est tenu de se rendre au centre de grandes agglomérations. De plus, les bornes de rechargement sont facilement trouvables et disponibles dans ces zones.

Il faut donc considérer ces différences pour mieux saisir les disparités qui existent entre les différentes régions françaises en matière d’immatriculation de véhicules électriques.

Zoé est la grande gagnante sur le marché français

Sur les 3200 immatriculations enregistrées en novembre, 58% de ces véhicules électriques étaient des Renault Zoé !

Avec 1866 immatriculations enregistrées, Renault tire son épingle du jeu grâce à sa petite citadine électrique. Cette tendance illustre justement ce que nous disions plus haut. Au sein du marché des véhicules électriques, les petites citadines ont plus de succès que les berlines. Elles permettent de passer outre les interdictions liées aux émissions de CO2 et dans certaines villes, posséder une voiture électrique permet d’être exonéré de frais de stationnement.

En comparaison, seule 225 Tesla Model 3 ont été vendues le même mois. Certes, il s’agit de voitures plus haut de gamme, mais malgré la notoriété de la marque américaine, on voit qu’elle peine à s’imposer dans l’hexagone.

2019 est une année de progression pour les véhicules électriques

Avec un total de près de 38 000 véhicules électriques vendus au cours des 11 premiers mois de l’année, 2019 sera retenue comme une année marquante à l’échelle des véhicules électriques.

Ces chiffres représentent une progression de 42% en comparaison de l’année précédente. Certes, nous encore loin d’un parc automobile tout électrique, mais la progression constatée en 2019 est significative. Elle démontre une évolution des mentalités.

De plus, en 2019, les constructeurs n’ont eu de cesse d’exhiber les nouveaux véhicules prévus pour 2020. Le salon de Francfort, de même que celui de Paris ou de Genève ont permis de lever le voile sur les voitures électriques à venir.

Entre la densification du réseau des bornes de recharge, les nouveaux modèles prévus pour 2020 et l’amélioration de l’autonomie des nouveaux véhicules, l’année qui arrive s’annonce prometteuse pour le marché de l’électrique.

 

Crédit photo Renault